L’îlot Bon Secours est une résidence pilote du bailleur Pas-de-Calais Habitat. Le lien social est au cœur de ce lieu de vie qui s’appuie sur la cohabitation des générations, une architecture pensée et la technologie. Webinage a été choisi pour fournir la plateforme logicielle au cœur de ce projet innovant. Rencontre avec Sébastien Decroix, en charge du portail de l’îlot Bon Secours.

Au cœur d’Arras, en lieu et place de la clinique Bon Secours dont le bailleur a voulu garder « les valeurs communautaires et solidaires », se trouve à présent une résidence qui accueille seniors, adultes porteurs d’une trisomie et couples avec jeunes enfants autour d’un objectif : favoriser l’échange et l’attention aux personnes. Sébastien nous reçoit dans le bureau qui sert de laboratoire des usages et qu’il partage avec Marjorie Demelin, l’animatrice de l’îlot Bon Secours.

« C’est d’ici, sur ce grand ordinateur tactile tout en un, que j’anime le portail numérique. Je reçois les messages que nous envoient les résidents, je les informe des animations à venir, je partage les photos prises lors d’événements vécus ensemble dans la résidence.» C’est ici aussi que nous rejoignent Léon et Paul, croisés près des boîtes aux lettres communes et toujours prêts à rendre une visite à Sébastien et Marjorie. Ils sont accompagnés de l’épouse de Léon, Nadine, qui s’est déplacée jusqu’à nous sans oublier… sa tablette et la prise pour la recharger ! « On sait jamais, je ne voulais pas prendre le risque qu’elle s’éteigne ! » On sent chez Nadine, jeune retraitée, la fierté de posséder un outil moderne.

Trouver les intérêts de chacun

« Je n’avais jamais fait d’informatique, cela me faisait peur et n’ayant pas d’enfant, je n’avais personne pour m’initier. Et d’ailleurs, les jeunes ont-ils la patience ? C’est si évident pour eux qu’ils ont bien du mal à se mettre à notre portée. Allez, sauf Sébastien bien sûr » lance t-elle gentiment à son intention. « Sur le portail, tout est lisible. Sébastien nous a installé à la demande ce qui nous intéresse : mon mari L’Equipe, moi La Voix du Nord. Évidemment, dès que nous quittons le portail pour nous retrouver sur le web, c’est beaucoup moins lisible et le tactile moins facile car les touches sont trop petites. » Paul écoute attentivement Nadine mais on sent encore chez lui quelques réticences à l’adoption de la tablette : « Dans mon métier de chauffeur routier, je n’ai jamais eu besoin de me mettre à l’informatique. C’est quand je suis allé à l’ANPE pour la première fois que je me suis retrouvé « comme un illettré » devant les annonces publiées sur leur site… » Le sentiment d’échec qu’il a vécu ce jour là le freine aujourd’hui. « Je vais arriver à lui faire apprécier le portail ! », confie Sébastien. « J’ai déjà appris à connaître ce qui l’intéresse, la musique par exemple. C’est ce que j’ai aussi fait avec Mario, un des jeunes de la résidence qui est trisomique. Mario adore les sites de motos. J’ai donc commencé à personnaliser les liens et les photos auxquelles il accède par le portail. »

Trouver les premiers de cordée

L’accompagnement fait par Sébastien est décisif dans l’adoption par les résidents de Webinage, la plateforme au cœur du portail. Lorsqu’on lui rappelle son titre, « ambassadeur de l’habitat connecté », Sébastien sourit : « C’est un nouveau métier qui a de l’avenir et comme je suis très patient et très souriant, c’est un métier fait pour moi ! » Au-delà de l’humour, on sent Sébastien très investi. « La technologie, c’est un vecteur de lien social. Vous avez vu comme Nadine est fière ! Léon qui est ici avec nous, vous n’imaginez pas sa fierté quand il fait une recherche sur l’encyclopédie ! La tablette et ce que l’on fait avec est un sujet de conversation entre les résidents, avec les visiteurs et les familles, et notamment les petits-enfants. Ce qui est important pour moi, c’est de trouver les premiers volontaires qui vont m’aider à accompagner l’ensemble des résidents et aussi à consolider les usages. Il y a déjà des échanges de services entre les résidents. Une jeune fille fait un peu de repassage pour une dame qui lui donne des cours de piano.»

La dynamique du lien social

Nadine, comme chez elle dans le bureau de Sébastien, l’interrompt : « Il faudrait vraiment que vous mettiez des photos à tout le monde. Qu’on mette des visages sur les noms. Quand je pense que je dis encore la dame du 4è pour parler de… ah comment s’appelle t-elle… Ce sera tellement facile quand on visualisera tout le monde sur le portail. A l’endroit où nous habitions avant, on n’a jamais fait la fête des voisins. En étant connecté sur le portail, on peut mieux organiser la vie de la résidence.» Paul, plus réservé, avoue qu’il se force à participer mais qu’il sent que cela lui fait du bien. Régulièrement, Sébastien organise des ateliers pendant lesquels il propose aux résidents, à leur rythme, de découvrir les différentes fonctions du portail. Ils remplissent ensuite des grilles dans lesquelles ils peuvent indiquer les niveaux de difficulté rencontrés pour partager envoyer un message texte, écouter la radio, partager une photo ou un lien internet, programmer un rappel de rendez-vous…

Offrir des services de proximité

« C’est important de pouvoir faire le plus de retours possibles afin d’améliorer et de personnaliser l’outil. C’est important pour Webinage et c’est important pour que notre portail réponde au mieux aux besoins des résidents. J’ai très envie par exemple d’ouvrir le portail sur l’extérieur, à l’échelle du quartier et des activités de proximité. Contrairement à ce que l’on dit, la technologie peut aussi pousser à aller vers l’extérieur si elle aide à faire circuler l’information et à la mettre à la portée de tous. ». Et puis Sébastien réfléchit à des fonctions spécifiques sur le portail liées à l’existence du kiosque, un lieu de vie et d’animation au sein même de la résidence, géré par Pas-de-Calais Habitat et les jeunes adultes membres de l’Association Down Up. « Nous voulons profiter du kiosque et des personnes formidables qui s’en occupent pour développer des petits services de proximité et les intégrer au portail. Nous travaillons de près avec Webinage pour ajouter des fonctions liées à ce qu’est l’îlot Bon Secours. » Et valoriser tout ce que chacun apporte dans sa différence à la vie en collectivité. « C’est formidable les moments que nous vivons au kiosque. Cela a changé notre regard… » Sébastien est heureux de cette remarque de Léon car l’échange dans la diversité est au cœur de cette résidence intergénérationnelle qui accueille aussi une crèche. Imaginez l’aînée des résidents, une dame de 92 ans, profitant du jardin suspendu (en cours de réalisation) pour se régaler à observer les petits. Imaginez ces mêmes enfants l’appelant via le portail et lui demandant de ses nouvelles…